Salle de bains dans la chambre à coucher – Prix, conseils et idées

La salle de bains dans la chambre à coucher est une solution ancienne qui, ces dernières années, revient à la mode, à la fois pour la diffusion de plus en plus petits appartements, où il est essentiel de créer des environnements multifonctionnels, à la fois pour des raisons de commodité et de plus grande intimité, surtout si la salle de bains est destiné à la chambre d’hôtes ou celle d’une personne âgée à mobilité réduite.

Dans cet article, vous trouverez à la fois des informations sur la réglementation et les mesures minimales relatives à la salle de bains dans la chambre à coucher, et des informations sur le coût de la création d’une salle de bains dans la chambre, avec quelques conseils pour économiser.

Enfin, nous parlerons des avantages et des inconvénients d’un type particulier de salle de bain en-suite, ouverte ou visible, par rapport au service classique.

La salle de bain dans la chambre à coucher : la réglementation et les mesures minimales

Commençons par dire que la législation nationale ne prévoit pas de mesures minimales pour la salle de bains dans la pièce, à l’exception de celles relatives à la hauteur du toit (2,4 m). Cependant, il nécessite un minimum de mobilier, tel qu’une toilette, un bidet, un lavabo, une baignoire ou une douche. Des exceptions à ce mobilier minimal sont autorisées par les règlements de construction de certaines municipalités italiennes. Vous pouvez consulter celui de votre commune de résidence au bureau technique local.

Si la salle de bain de la chambre à coucher est conforme aux mesures et aux meubles exigés par la loi, une fois terminée, vous devez modifier le plan cadastral pour éviter d’encourir des pénalités. De plus, avant le début des travaux, il est nécessaire de faire la Déclaration de Début des Travaux (DIA) par l’entremise d’un technicien autorisé à assurer la conformité du projet aux règlements municipaux de construction.

La salle de bains attenante ne peut en aucun cas être la salle de bains principale de la maison, pour des raisons évidentes d’intimité, car elle doit être ouverte aux visiteurs.

La salle de bains attenante peut également être ouverte ou visible, sans avoir besoin d’une salle de bain ante, ce qui est obligatoire dans le cas d’une salle de bains adjacente à une pièce utilisée pour le rangement et la préparation des aliments, comme la cuisine. Cependant, pour des raisons esthétiques, il serait préférable de prévoir un panneau ou une petite cloison qui protège de la vue au moins la zone des appareils sanitaires.

Comme pour la salle de bains principale, également dans la salle de bains de la chambre à coucher, les revêtements doivent être entièrement lavables et assainissables. C’est pourquoi, même dans une salle de bains attenante, toute la surface occupée par les sanitaires, lavabos et douches doit être recouverte de carreaux dont la hauteur varie de 1,2 m à 2 m, selon les réglementations régionales. S’il y a une fenêtre dans la salle de bains de la chambre à coucher, les revêtements doivent atteindre au moins le bord supérieur de la fenêtre.

Enfin, pour une salle de bains attenante sans fenêtre, il faut prévoir un système de ventilation approprié, naturel ou forcé, à condition que celui-ci assure un échange d’air d’au moins 12 volumes par heure.

La salle de bain dans la chambre à vue

La salle de bains en-suite est un type de salle de bains en-suite particulièrement adapté pour assurer une intimité maximale à un membre de la famille qui a besoin de confidentialité ou à un invité. C’est aussi la solution idéale pour les personnes à mobilité réduite, surtout si la maison est sur deux niveaux.

Les coûts pour la construction d’une salle de bain à vue en suite sont variables en fonction des solutions choisies. Pour la création, par exemple, d’une salle de bains classique en-suite avec cloison vitrée et dressing, les coûts moyens sont les suivants.

Construction du système de chargement et de déchargement : 700 euros + les frais nécessaires au démontage du plancher (20 euros / m²).
Mise en place d'une cloison en verre trempé du sol au plafond : 200/500 euro plus 30 euros/heure pour le personnel.
Sanitaire et lavabo à encombrement réduit, achat plus installation : 900 euros.
Construction d'un petit dressing en maçonnerie à la place de la loge : environ 80 euros / m² + accessoires (porte chaussures, portemanteau) de 200 à 500 euros selon la taille.
Réalisation du receveur de douche et pose du receveur de douche au ras du sol - à partir de 600/700 euros. Selon les matériaux choisis, la cabine de douche et les accessoires sont disponibles à partir de 150 euros.
Positionnement d'un ventilateur pour ventilation forcée : environ 200 euros.
Coût du carrelage : de 5 à 40 euros le mètre carré.
Carrelage jointoiement : 15/25 euros le mètre carré.

Le coût total pour la réalisation d’une salle de bain et d’un dressing en maçonnerie est de 7 à 10 000 euros.

Comment économiser sur la rénovation ou la création de la salle de bain dans la chambre à coucher

Évidemment, toutes les entreprises n’offrent pas le même travail au même prix et, pour économiser de l’argent, vous devriez comparer différentes estimations avant de décider à qui confier le travail.

Il est important de se référer à un devis personnalisé plutôt qu’à une liste de prix standard, car les prix peuvent être très variables selon les matériaux choisis et les difficultés que présente le travail.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator